#JOB: Créatrice de contenu ou influenceuse

Hello à tous,

Suite à de nombreux messages au quotidien et parce qu’ici j’ai toujours été transparente avec vous, j’avais envie de vous écrire cet article sur mon métier depuis 2 ans.

  1. Avant Instagram

Il y’a 2 ans, je quittais mon CDI après 6 ans de stabilité, pour vivre pleinement de ma passion, et enfin faire un métier enrichissant, que j’adore. Pour ceux qui sont nouveaux par ici, j’étais vendeuse/conseille dans une boutique de prêt à porter multi marques.

J’aimais la mode, je l’aime toujours autant, mais je n’aimais pas ce qu’il y’avait autour de ce métier (les horaires contraignants + des enfants en bas âges à gérer…) Pas de vrais weekends : enfin, on peut dire que parfois il faut se faire violence, et laisser nos peurs de cotés et FONCER.

Tout s’est fait naturellement, J’ai commencé sur Instagram à partager mes #lookoftheday sans aucun objectif et sans imaginer en vivre un jour, pour moi c’était improbable, j’avais à peine 10K au compteur sur Instagram.

Je gérais tout, mon job à 35h du lundi au samedi + mon activité pour le blog & Instagram et fin 2018 je décide de sauter le pas et de travailler à mon compte. Le plus drôle c’est d’annoncer ce que tu vas faire aux personnes qui t’entourent où te croisent :  » Tu vas faire quoi à présent? » ou « Tu fais quoi dans la vie? »(ahh!! tu es blogueuse, influenceuse?… mais ce n’est pas un métier!)

Et Je me rends aussi compte qu’au quotidien c’est un métier qui intrigue beaucoup ! Comment ça fonctionne? faut-il un diplôme? Qui nous paye? Toutes ces questions me sont posés souvent, je vais donc dans cet article répondre à vos interrogations le plus précisément possible et surtout sans filtre!!!

2. Le métier de « Créateur de contenu » c’est quoi?

Dans un premier temps, il faut savoir que j’utilise le terme « créateur de contenu » car je n’aime pas le nom : Influenceurs, Instagrammeurs, Blogueurs.

Ce métier est tout simplement de créer du contenu, c’est à dire des supports photos, vidéos, ou des articles pour une marque pour que ce soit ensuite publié sur un blog personnel ou sur une plateforme (Instragram par exemple)

3. La rémunération:

La question qui revient le plus souvent ! (rire) Et oui, on reçoit beaucoup de dotations (cadeaux) mais pas que, vous savez très bien que je ne nourris pas mes enfants avec des soins Hellobody…

Tout simplement, on est payé via les marques, c’est elles qui débloquent un budget pour pouvoir être mis en avant. Comme si elles faisaient appel par exemple à un journal, un magazine ou une radio)

Les budgets varient selon les marques, et surtout l’engagement que dégage l’audience du créateur de contenu (par exemple: 10 créateurs faisant le même contenu peuvent être payé différemment) C’est pour ça qu’on vous demande souvent de liker/de commenter nos posts, car les statistiques obtenues seront envoyés aux marques et c’est ce qui définira notre budget.

Ce qu’il faut savoir aussi, c’est qu’on a nos propres tarifs, après il suffit de rentrer en négociation avec la marque (personnellement je ne négocie pas, c’est Kim mon agent qui s’en occupe et qui traite ma boite mail)

« Petite aparté« : je suis contente d’avoir croisé cette personne sur mon chemin, on se connait depuis le premier confinement, on avance toute les deux, elle est très professionnelle et à l’écoute bref, je l’adore!

Revenons à nos moutons, voilà la rémunération au post ou à la story, mais on peut rencontrer aussi la rémunération que j’appellerai à la « vente » (quand on vous demande de cliquer sur un lien ou d’utiliser un code promo personnalisé au nom du créateur de contenu)

Alors pour ma part, je ne suis pas payer aux nombres ventes qui se font avec mon code promo, même si j’ai l’âme commerciale en moi, je ne suis pas (enfin plus) une vendeuse, alors quand vous me dites « j’ai utilisé ton code promo! » c’est super et je suis contente pour vous, mais pour moi ça ne change rien.

En effet, même si je ne touche pas de commission, la marque voit de son côté combien de fois le code promo a été utilisé et sait donc rapidement si je suis « rentable » ou non!

4. Le choix des marques :

Sachez qu’aujourd’hui, je n’accepte pas n’importe quelle marque, même si il y’a un gros budget, si la marque ne me plaît pas, ou si je sais que c’est une marque par exemple qui ne fait pas d’effets (si c’est un produit minceur ou autres) je refuse : la dessus j’ai toujours été honnête avec vous!

Aussi, ne croyez pas que tout ce qu’on fait est payé ! Oui c’est une partie du travail, mais il y a aussi beaucoup de collaboration que l’on fait gratuitement, parce que la dotation produit est déjà élevée (par exemple : le robot aspirateur ECOVAC que j’ai reçu dernièrement) et parce qu’on veut aussi aider les petit(es) créateurs(trices) à se lancer…etc.

5. Démarcher ou être démarcher?

Est-ce que j’écris au marque ou viennent-elles vers moi? Je dirais que la plupart du temps ce sont les marques qui viennent vers moi! Et pour ainsi dire ce sont les agences de communications situées pour la plus part en région Parisienne qui me contactent, qui aident les marquent à mettre en place leurs campagnes et qui négocient les contrats (comme KIM qui travaille avec moi) 

Ces agences ont des listing de folie, afin de bien cibler les profils que demande la marque, par exemple si elles recherchent: des blogueuses lifestyle, make up, sport, food… Elles vont aussi négocier nos contrats, suivre nos publications, nous rappeler le jour J qu’on doit publier, si c’est toujours ok pour de notre côté (on peut avoir des imprévus) pour ma part ça m’est déjà arrivé, du coup c’est reporter au lendemain ou autres, on n’est pas sanctionné du moment que l’on fait notre job correctement!

Après une fois que l’on travaille avec une agence, ensuite c’est que du bouche à oreille, on travaille vite avec les autres agences (bien sur si il y’a un bon boulot et du sérieux évidemment) Ensuite, ça arrive que les marques (surtout locale) nous contactent en direct, en tombant sur notre profil Instagram, ou pour ma part en tapant juste « nantaise » ou « Nantes » (pour la modeuse nantaise) j’apparais directement, donc on peut me retrouver comme ça.

Après si une marque me plait énormément ou que je souhaite absolument tester le produit, je peux être susceptible d’envoyer un mail si une copine a le contact ou bien de leurs écrire via Instagram

6. Est-ce que je gagne ma vie?

Cette question revient au moins une fois par jour, vous aimeriez que je déballe des chiffres comme ça mais ça reste personnelle, comme je ne vous demande pas « Quel salaire vous vous faites tous les mois » j’avoue qu’il faut être vigilant sur Instagram, à ne pas trop en dire ou en montrer, car les réflexions fusent rapidement et c’est dommage. Le moindre voyage programmé ou la chambre d’hôtel bien placé en plein Paris.

Bref, tout çà pour vous dire que oui je suis plus épanouie, que quand j’étais salarié, ces deux ans d’entreprenariat, m’ont permis de rencontrer des personnes formidables, de voyager plus qu’avant (même si actuellement ce n’est pas la joie) et surtout ça m’a permis de profiter des personnes que j’aime, de pouvoir tout couper quand j’ai perdu mon papa, avec un travail classique je n’aurai pas pu le faire, et j’ai pu revenir progressivement. En tout cas, je vis cette aventure à 2000%, peu importe combien de temps ça durera…

J’espère que cet article vous aura plu et aidera certaines à se lancer!

Bisous

Gaelle

Partager:

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :